Qui suis-je ?

Jeune (et oui !) Maman (avec un M majuscule s’il vous plaît !) d’une trentaine d’année, je m’appelle Maud.

Je suis une femme de mon époque. A ce titre, je subis les maux de mon époque et j’ai une vision de ce que je veux de mon époque.

Comme dit plus haut, je suis une maman. Cela implique une vie rangée et une responsabilité accrue.

Mais je suis aussi une femme. A ce titre, j’ai du mal a accepté l’idée de la normalité de la condition féminine actuelle. J’ai des envies, parmi celle-ci, l’émancipation de la femme, pure et dure, en fait partie.

Comme tout le monde désormais, j’ai crée un blog afin de mettre noir sur blanc mes idées et, si j’ai un peu de chance, peut-être que cela intéressera certains d’entre-vous

Une maman avant tout

J’ai la chance d’être une heureuse maman de deux petites filles. Je tairais leur nom ici car je n’écris pas pour étaler ma vie privée.

Ce qui intéressant à dire, en revanche, c’est que l’accès à la parentalité permet de relativiser un bon nombre de choses assez futiles, pour pouvoir se concentrer sur ce qui est important : l’éducation, l’amour et la famille.

Je ne suis pas vieux jeu mais je pense qu’avoir fait des enfants m’a considérablement changée, surtout à ce sujet.

La condition de mère en France est loin d’être le pire, mais celà n’empêche pas d’avoir un ressenti féministe encore plus profond. J’arrêterai ici ce thème et le reprendrai plus en détail dans différents articles de blog.

Epicurienne & Féministe

Il m’est important d’évoquer ces deux mots collés. En effet, dans la tête de nombreuses personnes, le féminisme est un concept rasant, barbant et uniquement prôné par des femmes chiantes, ne comprenant pas leur temps et sourdes a tout argumentaire.

C’est tout le contraire.

C’est parce que je veux profiter de ce qui m’entoure que la barrière des inégalités actuelles ne me convient pas.

Le féminisme, tout simplement, est la vision « radicale » selon laquelle les femmes et les hommes devraient être égaux – pas de deux poids, deux mesures dans les perspectives sociales, pas de plafond de verre, pas d’objectivation et de commercialisation, et la liste est encore longue.

Aux États-Unis (et dans la plupart des pays du monde), il n’est pas difficile de voir la perspective centrée sur l’homme qui domine et régit la société, la politique, le système judiciaire et le lieu de travail (P.S. La Suède a grandement bénéficié de voir les choses sous un angle plus équilibré entre les sexes dans les politiques et règlements gouvernementaux sur des questions comme la prostitution).

Qu’il s’agisse de recevoir un salaire moins élevé pour la même carrière (dévaluer le potentiel ou le travail d’une femme) ou de l’absence généralisée de justice pour les victimes de viol et de blâme envers les victimes, le système existant dans la plupart des autres pays témoigne de l’importance d’un mouvement féministe, dont les femmes et les hommes doivent faire partie afin de réussir.